Crédit:

Les docteurs ''tchoukous'', cause de l'avortement provoqué au Tchad

Si j’avais su ! Une formule célèbre en milieu jeune, un refrain dans les débats qui rappellent souvent les bons moments de la vie et que l’on n’a pas pu faire autrement et qui sont devenus l’enfer aujourd’hui. Car dit-on, les souvenirs font partie intégrante de la vie de l’homme, c’est pourquoi cette locution se veut dire les regrets.

C’est l’histoire d’une jeune femme qui en témoigne : « si j’avais su ! Je ne serais pas négligée. Si j’avais su ! Je ne devais pas avorter. Si j’avais su ! Je serais une bonne mère. Hélas, je n’ai pas une vie heureuse et les larmes ne cessent de couler ».

À N’Djamena, l’avortement est devenu une maladie au quotidien que l’on entend ou écoute souvent à la radio que telle fille a avorté là-bas et ici. Ou bien encore au quartier que la fille de tel a essayé de faire l’avortement, hélas elle fut empêchée par ses parents ou voisins. La plus douloureuse est : suite à l’avortement, elle est morte. Alors, je me demande qu’est-ce qui poussent les jeunes filles à avorter tous les jours ? Mais selon les on-dit, que ces filles ont un slogan d’un langage codé : « essayer, réussir et la vie continue ».

La définition de l’avortement selon Wikipédia :

L’avortement est l’interruption, volontaire (IVG ou IMG) ou non, d’une grossesse (gestation) avant terme.

Les docteurs ‘’tchoukous’’, cause de l’avortement provoqué

Les docteurs ‘’tchoukous’’ est un jargon dans le langage tchadien qui veut dire les vendeurs des médicaments ou comprimés ambulants. Les tchoukous facilitent des tâches et créent le raccourci aux clients. Même devant ta maison tu peux être consulté et acheter les produits que tu désires bien pour t’en servir. Par contre, ils sont aussi la cause directe de l’avortement provoqué dans la plupart des cas. Les filles se sentent en sécurité avec ses docteurs puisqu’ils leur fournissent tous avec détails et à leur tour faire ce qu’elles veulent.

Le gouvernement doit prendre des mesures strictes à l’encontre des autrices de cet acte qui violent les textes juridiques et les punir sévèrement selon la loi. Hélas, ces textes qui interdissent l’avortement existent théoriquement dans les archives mais c’est une autre réalité au terrain. À quoi ces textes ?

Avortement et les Saintes Écritures

L’avortement provoqué étant interdit et puni dans la Bible, au chapitre de l’Exode 20 au verset 13 qui dit ceci :

« Tu ne tueras point ».

Mais ce commandement de Dieu est foulé aux pieds par les filles chrétiennes au détriment de leur vie de rose. Je dirais peut-être chacun sa vie, chacun sa religion. Je me demande encore est-ce que les enfants de Dieu respectent-ils à ce jour la parole de vie, comme l’a écrit dans l’Exode au verset 12 ?

« Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne »

Trop, c’est trop changer les jeunes filles !

Partagez

Auteur·e

lencreverte

Commentaires